vendredi 5 février 2016

A Redon, construction d'un pont entre artistes et ingénieurs le samedi 19/3/16

Ce sera un pont éphémère, puisque fait de contacts humains.

Futurouest a eu la bonne idée de me proposer d'y animer une table ronde autour du Design, et je suis ravi de contribuer une fois de plus à ce genre de décloisonnement.

Et nos échanges nous conduiront bien au-delà de la forme des choses, peut-être pour se demander aussi quelle société on fabrique ?

Si vous connaissez des entrepreneurs (locaux de préférence) susceptibles de participer au débat, par exemple à partir d'une pratique UX Design, d'innovation avec un maximum de cerveau droit et créatif dedans, merci de les signaler aux organisateurs.

Ci-dessous le programme, vous trouverez les détails et infos pratiques (contacts, inscription...) sur le site de FUTURouest :
http://www.futurouest.com/

Au plaisir de vous y (re)voir.


lundi 5 octobre 2015

Co-sciences 2015 : décloisonner la recherche

J'ai eu le plaisir de participer au colloque Co-sciences organisé à Brest les 23-25 septembre 2015, pour y présenter une synthèse des travaux du groupe "Décloisonner la recherche pour créer de la valeur" du collectif "Trait d'Union" auquel je participe depuis 2010.

Voici la présentation, je pourrai peut-être y ajouter prochainement un lien vers l'enregistrement sonore.

Vous pouvez apporter vos commentaires ici ou directement sur le site "Chercheurs, managers de demain", qui reste le lieu de la "controverse et contient d'autres contributions du groupe "décloisonner".




lundi 1 juin 2015

Une expérience novatrice de coopération ouverte

Conduire avec des professionnels très occupés une réflexion collective, produire un résultat utile pour eux , et les mobiliser à minima …Utopie ou challenge des temps modernes ?

Nous avons élaboré et expérimenté une approche novatrice de coopération, alliant un très petit nombre de réunions et du travail à distance.
Nous avons pu, en quelques mois, produire des résultats de valeur sur un thème précis, avec des contributeurs très divers, passionnés et peu disponibles.

"Nous", c'est le groupe Trait d'Union Recherche dont je fais partie depuis sa création.
J'ai eu le plaisir d'animer en particulier le groupe "décloisonner la recherche pour créer de la valeur" cité dans ce témoignage collectif.

samedi 17 janvier 2015

Pour une année 2015 faite de légèreté et d'audace. Si. Quand même.

J'ai hésité à modifier mes vœux après les évènements de Charlie.
Mais la meilleure réponse à l'ignorance et à la violence - au travail et ailleurs - n'est-elle pas de trouver comment prendre soin de nous-même et de nos relations avec ceux que l'on aime, puis avec ceux que l'on aime moins ou ne comprend pas, puis avec ceux que l'on pourrait détester ?
D'ailleurs, j'en ai pratiquement fait mon métier...

TMC vous souhaite une année 2015 faite de légèreté et d'audace
(c) tiero Fotolia.com

lundi 22 septembre 2014

Le Design au cœur du (c)réa(c)teur ?


L’actualité de cette rentrée en Bretagne est porteuse pour le développement d’une culture de l’innovation qui décloisonne.
Après la matinale Rennes Atalante du 18/09 sur « L'expérience utilisateur dans la conception de produits et services numériques »  , la rencontre du 16/09 du cluster Event&Sens  qui rapproche les entreprises des créateurs, les prochaines journées 360 Possibles organisées par BDI les 2 et 3 octobre à Rennes permettront la rencontre entre les spécialistes des technologies (numériques ou non) et ceux qui les rendent utiles / rentables et (souhaitons le) surtout qui nous rendent la vie plus agréable.

Il m’a semblé utile de partager avec les lecteurs de ce blog dans ce contexte quelques présentations réalisées en 2007-2008, qui montraient déjà les fondamentaux et les pistes d’évolution des pratiques de design et d’utilisation des multiples disciplines et savoir-faire pouvant enrichir toute démarche d’innovation.

lundi 30 juin 2014

Intelligence collective : mythes et réalités

L'« Atelier de l'innovation » du 20 juin 2014 de la Fondation Rennes 1 était consacré à L'intelligence collective au service de l'innovation, thème qui ne pouvait qu'intéresser au plus haut point les lecteurs de ce blog

L'exposé introductif de Mourad Zeroukhi et les témoignages de deux entreprises n'ont évidemment pas fait le tour de la question, tant le sujet est vaste. Ils ont en tout cas réactivé mon envie d'apporter ma pierre à cet édifice, évidemment en y réintroduisant la place du management.
  • Comment générer et mobiliser l'intelligence collective pour que 1+1 fasse (au moins) 3 ?
  • Au delà du partage d'information, et de la métaphore du « réseau social », fût-il 3.0, quelles relations interpersonnelles sont nécessaires à une intelligence collective en action ?
  • Quels processus managériaux permettent de faire de cette mobilisation une partie intégrante de la culture d'entreprise ? 
Après ce parcours, je vous proposerai en conclusion / ouverture ma propre définition de l'intelligence collective, en attendant les vôtres

mercredi 28 mai 2014

Des réunions efficaces aux équipes puissantes

Il existe une question classique en début de coaching, qu’il s’agisse d’une session de 20 minutes ou de 2 heures : « à quoi voulez-vous aboutir au terme de notre entretien ? ».

Curieusement, il est plus rare que l’on se pose cette question en début de réunion, croyant sans doute que "l’ordre du jour" vaut définition d’objectif(s), ce qui est évidemment une illusion. Au mieux, certains points de l’ordre du jour sont définis en termes d’objectifs. (Merci à Voutch.com pour l’illustration !)

Dans le billet précédent, Comment rendre une réunion efficace ? je vous invitais à clarifier au moins pour vous-même cette question des attentes. Aujourd’hui je vous invite à y ajouter la dynamique collective.

La multiplication des appels à l’intelligence collective fait figure d’incantation, si l’on ne définit pas mieux ce que l’on attend du « travailler ensemble ». Avant de lire la suite, je vous invite à quelques secondes de réflexion personnelle.
A la lumière de votre expérience, comment définiriez-vous les résultats opérationnels d’une réunion de travail, qu’il s’agisse d’un comité de direction, d’une réunion de service, ou d’un groupe projet ? Listez par écrit une dizaine (ou plus) de verbes qui vous viennent à l’esprit. Puis lisez la suite…

jeudi 22 mai 2014

Comment rendre une réunion efficace ?

Moi qui suis fondamentalement optimiste, je suis parfois désespéré de constater à quel point des professionnels de valeur, riches d'idées potentiellement utiles à leur organisation, passent du temps de réunion à des activités bien secondaires par rapport à leurs missions, voire accessoires. 

 
Il faudrait pourtant peu de choses pour qu'ils utilisent ce temps, leur intelligence et leur énergie à s'occuper de sujets susceptibles de mobiliser leurs qualités, leur enthousiasme, leur capacité d'agir, bref des « vrais » leviers de développement de leur organisation.
 
 

Comme le dit Philippe Detrie (« Comités de direction, bas les masques ! ») un comité de direction peut parfois « passer plus de temps à choisir la couleur de sa carte de vœux qu’à vérifier la pertinence d’un investissement de quatre millions d’euros. »

A la lumière de quelques accompagnements de groupes depuis une dizaine d'années (sans parler de ma propre expérience de « participant empêché »), je vous propose quelques pistes individuelles et collectives pour contribuer à des réunions efficaces, que vous en soyez l'initiateur ou non.


dimanche 26 janvier 2014

Je vous souhaite une année 2014 décisive et heureuse. Décisive ? ... Heureuse ?...



Si vous n'êtes pas sur mes listes de diffusion, vous avez quand même "droit" à mes vœux !

Décisive (Petit Robert) :

… qui résout une difficulté...
… qui conduit à un résultat capital...

Il ne s'agit donc pas de providence ou de l'action d'autrui...


Je vous invite à rendre cette année décisive, en sachant percevoir, décider et agir, pour vous mettre individuellement et collectivement sur la voie du succès

Et heureuse, inspiré par ce dialogue entre un Maître Zen et son disciple :

« Va, et sois heureux »
« Merci pour vos vœux, Vénérable »
« Il ne s'agit pas de vœux,
c'est une instruction ».



Au plaisir de vous rencontrer de nouveau sur le chemin du développement humain

Thierry

mercredi 13 février 2013

Bien vivre au travail 2) Un changement de repères

L'intervention de Luc Ferry à la soirée du 5 mars (voir billet précédent) nous a plongés dans une perspective historique de la civilisation européenne et du couple.Quel rapport avec le bien vivre au travail ?

L'homme n'est plus ce qu'il était, le couple n'est plus ce qu'il était, le lien social... non plus. Et c'est peut-être le maintien de ce lien social via la qualité des relations humaines dans l'entreprise qui peut encore « faire tenir » une société capitaliste emportée par son élan...

Le diagnostic était plus subtil, cultivé – et plein d'humour – que cela.
Voici néanmoins en quelques lignes que j'ai retenu, et ce que cela m'a inspiré : une métaphore risquée sur les qualités de communication comparées dans l'entreprise et dans la famille...

vendredi 8 février 2013

Bien vivre au travail 1) le rôle du dirigeant

Le Centre des Jeunes Dirigeants de Rennes organisait le 4 février 2013 une soirée « comment bien vivre au travail », que vous pouvez revoir sur www.bienvivreensembleautravail.com/

Une partie de la soirée a pu apporter, sinon des analyses savantes du sujet, au moins des pistes d'action pratiques, des repères sur ce que le dirigeant peut faire pour que ses collaborateurs – et lui-même – viennent au travail avec le sourire. Il construit en effet la culture de l'entreprise, depuis la définition de la mission de celle-ci jusqu'aux « petits plus » qui facilitent la vie.

lundi 29 octobre 2012

Dirigeant, repreneur, créateur : une « tête », mais pas que…

(c) laurent hamels - Fotolia
Lors d'une conférence récente (*), J'ai appris deux ou trois choses intéressantes sur les conditions de réussite une reprise d'entreprise.

La première, qui semble aller à contre-courant du sens commun, est qu'il n'y a statistiquement pas de corrélation entre la réussite de la reprise et l'expertise technique du repreneur sur l'activité de l'entreprise, sauf peut-être pour les plus petites d'entre elles.Cela confirme que l'entrepreneur se positionne avant tout comme dirigeant, et qu'il est plus important d'identifier si son « style personnel » correspond bien à la culture et aux besoins de l'entreprise (selon son stade de développement, par exemple).

Au milieu des nombreuses données et retours d'expérience très concrets présentés par les conférenciers, un second point a attiré mon attention, probablement passé inaperçu pour la plupart des auditeurs mais qui ne peut être ignoré par un coach qui accompagne tout repreneur :

Il s'agissait de l'analyse des motivations initiales des repreneurs dont le projet de reprise avait été un succès.

mardi 28 août 2012

L'entreprise (innovante) est un jardin

L'innovation a ses propres critères d'efficacité... et de beauté.

Serait-il raisonnable (!) de l'aborder avec notre seul cerveau analytique, alors qu'elle est sensée mettre l'imagination et l'intuition à contribution ? La créativité doit-elle être confinée aux espaces-temps d'émergence officielle de "l'idée du siècle" ? Non. Le management a le droit (le devoir) d'utiliser son cerveau droit.

L'image, la métaphore est toujours un outil puissant pour partager la vision d'un but, d'un processus, d'une situation. Elle parle à chacun, et ne ferme aucune porte pour imaginer des stratégies de mise en œuvre concrètes et contextualisées.

J'ai été moi-même surpris par la richesse potentielle de celle que j'avais choisie pour aborder avec les participants à la rencontre DCF35 (Dirigeants Commerciaux de France) de janvier 2012 le pilotage de l'innovation dans leur entreprise, de façon à la fois globale et opérationnelle.

La présentation qui suit est un extrait de cette approche, qui est devenue depuis le fil conducteur d'un séminaire complet permettant à une organisation de repenser et partager sa culture et ses pratiques d'innovation. Puisse-t-elle vous inspirer, que vous décidiez ou non de m'inviter... dans votre jardin.

mardi 17 juillet 2012

(au moins) 7 façons de coopérer

Chacun dit savoir collaborer, et la compétence « travail en équipe » semble incontournable dans un CV. Mais cette « compétence » reste une coquille vide si vous ne pouvez pas expliciter votre pratique, votre place dans les groupes, votre style personnel. Car l'expérience de la collaboration est plus complexe qu'on ne l'imagine en général.
J'avais une petite heure pour aider quelques doctorants à en prendre conscience, lors du forum docteurs-entreprises organisé le 22 juin 2012 à Rennes.

L'exercice qui suit, tiré de cette animation, pourra vous aider à repérer comment votre façon de coopérer dit quelque chose de vous, de plus essentiel. Et peut vous conduire à enrichir votre expérience des groupes de travail.

Avant de lire ce qui suit, prenez un instant pour identifier la meilleure expérience de travail en équipe que vous ayez vécue, imaginez comment vous pourriez la décrire à un groupe, un groupe de pairs par exemple.
Réappropriez-vous votre expérience. Qu'en diriez-vous ? Que décririez-vous ?
Une fois que vous « tenez » votre présentation, lisez la suite

jeudi 26 avril 2012

Le codéveloppement professionnel : don / contre-don ?


Le codéveloppement professionnel est une pratique d'échange structurée entre "pairs", à des fins d'apprentissage collectif à partir de l'expérience (en savoir plus).

L'analyse sociologique que fait Norbert Alter des systèmes de coopération en entreprise (voir le billet précédent) m'a conduit à m'interroger sur les fondements et effets du codéveloppement professionnel.

En effet, pour ne citer que quelques similitudes avec la pratique du don / contre-don : on y apprend à célébrer l'échange, exprimer la gratitude ; et on offre une part de son expérience au groupe ou à un autre participant, sans savoir qui et quand nous donnera à son tour autre chose d'utile pour nous.

Vouloir organiser des espaces-temps d'entraide, de partage d'expérience, serait-ce alors une façon artificielle d'organiser le don / contre-don, donc une espèce de monstre contre nature tentant de gérer le lien social ?

Je me suis sincèrement interrogé à la lecture de ce livre, et je pense avoir trouvé une réponse rassurante :